FANDOM


Le Coucou [cf. la Hulotte n° 38 & 39] Le célèbre cri "coucou" au printemps n'est lancé que par les mâles (polygames). La femelle reste discrète et se cache pour aller pondre dans le nid d'autrui (comme chez le rouge-gorge, par exemple). En effet, si elle se fait remarquer, les petits passereaux la harcèlent, l'invectivent, pour la chasser de leur territoire.

Le Coucou se régale des zérènes (chenilles arpenteuses) dont les couleurs vives affichent pourtant leur mauvais goût aux yeux des autres insectivores, de même pour la chenille du cubibrum, aux poils très urticants, et la processionnaire du pin (dont les nids ravagent les plantations de conifères).

Adulte, il est capable de retirer avec son bec les parties mauvaises de chenilles, que ne consomment pas d'autres oiseaux.

Le coucou perce sans crainte les bourses de soie que les chenilles urticantes "processionnaires" du pin établissent dans les branches. 

Le coucou (comme les pic vert et pic épeiche) laisse une empreinte de patte à 4 doigts en forme de large X.

Mais le pire [cf. la Hulotte n°39] est que le jeune bébé Coucou à peine éclos va prendre la place des autres jeunes oiseaux du nid et se faire gaver (jusqu'à 100 g.) par leurs parents ! Pour cela, dès les premières heures, il repousse (sur son dos, à la peau si fine) les autres œufs qui pèsent son propre poids jusqu'à les faire chuter hors du nid... Et les parents "adoptifs" nourrissent ce goinfre sans se rendre compte de rien !

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard